Accessibility options :

Content:

Chère Comtesse,

CoeursLondres 2000

Paris-Londres en moins de trois heures de train à très grande vitesse, vous auriez apprécié ! Aujourd’hui se rendre Outre-Manche n’a rien à voir avec votre épopée du 28 octobre 1856. « En mon nom et celui de toutes les ladies d’Angleterre » implorait la reine Victoria qui, comme vous, rêvait de traverser le Channel à pied sec. C’est devenu une réalité depuis que la Grande-Bretagne et la France se tiennent par la Manche.

Mais qu’allez-vous faire à Londres à l’époque ? Tout simplement rendre visite à votre fille Nathalie, au grand bonheur de Camille et Madeleine qui grandissent à l’ambassade de France ; leur père, Paul de Malaret, y est diplomate. Vos petites-filles modèles aiment vos histoires qui deviendront des livres : Mesdames Papofski, Mac Miche, Bombek, Cunégonde, Primerose sont au premier rang de votre cosmopolite galerie de héros.

Les Malheurs de Sophie sont les vôtres, comme si certains secrets d’enfance ne se confiaient qu'à la plume. Et si de tout temps gourmandises et bêtises font grandir, autant dire qu'au XIXè siècle la vie n'est pas rose pour les brins d'adultes, notamment pour les filles.

Epistolière aussi, vous avez toujours une lettre en cours et les mots à fleur de peau : primesautiers, généreux, tendres. Truffés d’exquis petits riens, vos billets bruissent de confidences et vous ne mâchez pas vos adjectifs.

Château des Nouettes, Aube - Photo : G. BrameVotre havre de paix est normand et c’est le château des Nouettes, à Aube, dans l’Orne, qui eut vos faveurs, pour sa ressemblance avec votre maison d’enfance, à Voronovo, en Russie. Pendant cinquante ans, ce cadeau d’étrennes de votre père fut par-dessus tout votre « chez vous en France ». Aube est à trois jours de patache de Paris et, lasse des froufrous parisiens, vous prolongez les étés aux Nouettes. N'en déplaise à Eugène de Ségur, votre époux, vous êtes plus nature que mondaine. D'ailleurs, cinq de vos huit enfants et une vingtaine de vos romans y verront le jour.

Allée de la Comtesse de Ségur - Photo : G. BrameLe château de Fleurville et ses lustres à pampilles des Petites Filles Modèles ressemble à s’y méprendre au domaine des Nouettes. Tous les printemps, le raidillon Ségur bordé de marronniers s’illumine de chandelles roses ou blanches. Les fruits à écureuils, roux comme les châtaignes et les noisettes, y font l’automne. Il suffit toujours d’une poignée de mûres pour concocter la meilleure des confitures. Mais aux Nouettes, plus qu'ailleurs peut-être, on tente d'apprendre que les roses et les ronces sont à prendre autrement que par les épines : depuis 1967 un Institut médico-éducatif y accueille une centaine d’enfants. À deux pas de l'église, vous avez votre musée. Votre vie y est retracée avec une belle simplicité qui vous va bien.

Chien assis - Château des Nouettes - Photo : G. BrameEn fait, si vous êtes si présente dans ma vie, c'est parce qu'aujourd'hui, et ce depuis vingt ans, j'habite sur vos terres en Normandie. Ainsi, lorsque l'aube est indécise, à l'heure où la brume empapillote encore les arbres et les rêves, je me surprends à imaginer votre silhouette derrière le gros chêne, à gauche de la cuisine. À l'heure du laitier, je vous crois au jardin cueillant les radis que vous adoriez au petit déjeuner. Vous souvenez-vous de ce jour où vous avez, avec Olga, improvisé une cueillette de coucous servie le soir même…en salade ? Et puis les jours de migraine, je vous soupçonne de soupirer sur vos asperges et d'envoyer tout le monde au diable.

Laissez-moi vous dire qu'à l'âge de 7 ans c'est votre Général Dourakine qui dessinera ma première géographie européenne à la recherche de la Russie. Alors, comment ne pas penser à vous lorsque je vais à Londres ! L’Ambassade de France est toujours sur Hyde Park. Moi, j’aime la capitale britannique, un peu à la manière de Paul Morand : C’est à Londres que j’ai deviné les secrets que les livres et les professeurs m’avaient laissé entrevoir. J’y ai appris, peu à peu, ce qu’aujourd’hui court les rues : le sens de la terre. »


Chaleureusement vôtre.

Geneviève Brame
 

Footer :

Sitemap | | webdesign by eZoulou